assaillants-duotone-ld.jpg

Les Assaillants

les assaillants_Plan de travail 1.png

Les Assaillants

Le second volet du triptyque, Les Assaillants, interroge le rapport de l'homme à son environnement autour de la question du territoire, de la conquête d'un espace par la reconstitution d'un autre.
Le territoire, pensé comme un prolongement de l'organisme, est marqué de signes visibles et invisibles, signes matériels ou visuels, vocaux et olfactifs.
Ce terme "territoire" se situe à la fois dans sa dimension matérielle et géographique mais également dans une dimension symbolique, métaphysique. Son caractère multiple et ses ambiguïtés vis-à-vis de l'infinité de relations qu'il présuppose nous plongent dans une vision renversante, vertigineuse du monde vivant.


Katia Petrowick et Elodie Sicard partent à la conquête d'un territoire et engagent la reconstruction d'un monde par des principes de construction-déconstruction. Accompagnées par la musique originale de la percussionniste Camille Emaille, les trois artistes préparent l'espace, bâtissent des architectures provisoires et tentent de trouver un équilibre là où toutes les forces en jeu le menacent. Le corps est une réponse, à l'autre, à l'ailleurs, à la violence et comme une manière d'y croire encore, il danse l'instabilité du réel.

Comment délimiter un territoire par une action, prendre position, tenir lieu et tenter de cohabiter?


L’un des enjeux de cette pièce est de montrer qu’il existe une circularité entre les choses et qu’il ne tient qu’à nous d’explorer la notion de limite. Par la danse, la musique et l’organisation spatiale, nous souhaitons mettre en scène la manière dont les individus perçoivent leur environnement et entrent en relation avec lui, sous les différents rapports de l’espace, du temps et du mouvement.

À travers une histoire de l’altérité, un point de bascule entre soi et les autres apparait, entre le dedans et le dehors, entre l’expérimentation et ce qui en découle. Être en état d’alerte et réceptif aux différents signaux sensoriels qui enveloppent un environnement sans cesse en variation, apprendre à suivre les mouvements et à réagir en retour avec à propos et précision. Ces capacités sensorielles aiguisées ouvrent un processus qui engage une transformation du processus lui-même et modifie la qualité des échanges et interactions.


La loi de l'impermanence, notion poétique de la pièce nous invite à questionner les limites, redéfinir continuellement les liens, recommencer à partir de nouvelles données.


L’univers d'une fable empreinte d’humanité se dégage de cette quête d’harmonie entre les êtres, entre les choses, un équilibre précaire à évaluer sans cesse par rapport à ce qui nous entoure, à ce qui est là.

Diffusions

6 juin 2021

Théâtre Brétigny, Scène conventionnée d’intérêt national – hors-les-murs –

Au Domaine départemental de Chamarande en version extérieure.

10 novembre 2020

Festival Ardanthé / Théâtre de Vanves - Annulée

13 mars 2020

Collectif 12 à Mantes-la-Jolie


14 novembre 2019 - Création

Festival Born to be a live du Manège, scène nationale – Reims

30 mars 2019 - Présentation d’une étape de travail 

[DÉCA]DANSE #4 du Festival Ardanthé - Théâtre de Vanves

Distribution

Chorégraphie

Elodie Sicard
 

Collaboration et interprétation

Katia Petrowick et Elodie Sicard
 

Création musicale et interprétation

Camille Emaille
 

Lumière et construction scénographique

Boris Molinié
 

Régie son

Jean Wagner
 

Regards extérieurs

Jérôme Brabant, Christine Kono,

Dimitrios Kraniotis
 

Assistante

Marie Courtier
 

Administration, production

Guillaume Fernel
 

Prise de vue et montage

Thibaut Castan
 

Graphisme

Sliide - Loïc Darolles

Production - Diffusion

Production

Compagnie EUKARYOTA
 

Coproduction

Manège, scène nationale-Reims,

2angles-relais culturel régional,

Théâtre de Vanves
 

Soutiens

Région Île-de-France ;

Caisse des Dépôts ; SPEDIDAM
 

Résidences de création
Manège, scène nationale-Reims
Carreau du Temple - Paris
Théâtre Brétigny, Scène conventionnée d’intérêt national
Studio 28 Roubaix - Cie Zahrbat
L’échangeur CDCN Hauts-de-France dans le cadre de «Studio Libre»
2angles-relais culturel régional

 
 
fond illus1-01.jpg
DSC_0019.jpeg
 
crédit-Véronique-Baudoux.jpg
DSC_0023.jpeg
crédit Marie Courtier.jpeg
Les Assaillants